Partag’emploi, une autre façon d’embaucher

De gauche à droite : Gilbert Tromeur, président de Finistère remplacement, et Raymond Marrec, président de Partag’emploi.

Vous avez trop de travail pour la main d’œuvre disponible mais pas de quoi embaucher un plein temps ? Et pourquoi pas passer par l’emploi partagé entre plusieurs exploitations ?

Aux côtés de Finistère remplacement, Partag’emploi propose une solution d’emploi partagé aux agriculteurs qui veulent embaucher à temps partiel tout en déléguant les tâches administratives liées à l’emploi d’un salarié. Des îlots sont alors créés entre plusieurs agriculteurs, géographiquement proches, afin de proposer un temps plein au salarié. « L’an passé, la conjoncture agricole a été peu favorable », rappelle Raymond Marrec, le président de Partag’emploi. En cours d’année, plusieurs agriculteurs se sont désistés. Et il a fallu retravailler certains îlots ».

Resserrer les liens avec les adhérents

Une situation qui a compliqué le travail de Partag’emploi et l’a poussé à resserrer les liens avec ses adhérents. « Nous allons mieux communiquer, indique Stéphane Charon, le directeur de Partag’emploi, en évoquant un guide remis à l’agriculteur au moment de l’adhésion ou des informations régulières, glissées avec les factures. Deux fois par an, nous allons aussi organiser des réunions d’îlots, afin de tisser des liens entre les deux, trois ou quatre agriculteurs qui les constituent ». Les impliquer davantage devrait permettre de résoudre plus facilement les difficultés liées à la gestion du planning, week-end et congés par exemple.

Fidéliser les salariés

Mais Partag’emploi entend aussi fidéliser ses 25 salariés. Pour faciliter leur intégration, un livret d’accueil a été rédigé à leur attention. L’entretien annuel permettra de faire un point régulier sur leurs aspirations. Et l’an passé, un séminaire d’entreprise leur a permis de se retrouver. « Ils travaillent chacun de leur côté et n’ont que très peu l’occasion de se croiser, note Stéphane Charon, qui voulait développer la notion « d’appartenance », le temps d’un samedi à la mer, mêlant catamaran, kayak ou paddle. « Nous en avions déjà organisé pour Finistère remplacement. Nous réfléchissons maintenant à en proposer un seul, pour les salariés des deux structures, afin qu’ils se connaissent mieux. Et tous les deux ans, afin de garder ce côté un peu exceptionnel ».

Faire connaître l’emploi partagé

Toujours à la recherche de nouveaux adhérents, Partag’emploi a profité des journées Innov’action 2016 pour ouvrir la ferme de Ronan Barbier, à Ploudaniel, et mieux faire connaître l’emploi partagé. « On a réussi à drainer un public intéressé », se félicite Raymond Marrec. Ce qui a poussé Partag’emploi et Finistère remplacement à renouveler l’expérience en 2017, en proposant deux exploitations, à Plouégat Guerrand et Saint Jean Trolimon.


Source : Terra – Partag’emploi, une autre façon d’embaucher